Lévinas voyait une force dans l’idée d’ex nihilo, parce qu’elle signifie que ce qui est issue du Père lui est en même temps autre; homme peut se séparer de son créateur jusqu’à l’athéisme. Blondel fait de la nature le lien entre Dieu et l’homme, mais aussi une distance entre Dieu et l’homme. Dilemme naturalisme-anti-naturalisme caractérise la réflexion contemporaine. S’origine par la destruction du cosmos antico-médiéval. Descartes fait du monde quelque chose vide de toute dimension théophanique. Pascal partage une frayeur devant l’infini, et ancre connaissance de Dieu dans révélation et non dans théologie naturelle. Disparition dans la pensée chrétienne de la dimension cosmologique à une réduction à l’anthropologie. Cela conduit à une divinisation de la nature. C. Godin, par exemple, pense que la christianisme a fait de la nature quelque chose de créé, mais aussi condamné. Exigence de retrouver une voie théophanique. Il faut sortir du dile...
Lire la suite

‘La Bible a donné leur nom, depuis Frazer, aux rites dits de bouc émissaire – et nous nous intéressons à eux ; mais la Bible contient aussi des exemples nombreux, et en ceci elle est unique, de refus du phénomène de bouc émissaire, au sens moderne que je viens de donner.' Pardès 1/ 2002 (n°32-33), p. 163-172...
Lire la suite

‘Dans son ouvrage "Libre réponse à un scandale", le P. Martelet entend relever le défi que nous lance la paléontologie moderne. Se refusant à admettre que le premier homme, à peine sorti de l'évolution animale, puisse être tenu pour responsable d'un péché destiné à marquer toute la suite de l'humanité, il veut voir dans l'expression «péché originel» la simple désignation de la condition pécheresse dans laquelle nous naissons. L'article critique cette position, car il y voit une négation du péché originel. Il défend la thèse d'un Adam métahistorique et d'un péché originel tous deux bien réel, mais situés hors de notre monde et de notre histoire.’Nouvelle Revue Théologique 110/6 (1988), p. 879-902....
Lire la suite