Après des considérations introductives sur la notion de vérité en physique, Alain Aspect, l'homme qui a démontré la non-séparabilité quantique nous décrit quelques unes des preuves expérimentales des aspects les plus étranges de la physique quantique. Parmi celle-ci l'expérience à "choix retardé". Un des paradoxe les plus extraordinaire de cette nouvelle physique. On construit un système où des particules peuvent passer en tant qu'ondes par deux chemins à la fois, ou en tant que particule par un seul chemin. Mais le dispositif final dont dépend le résultat de l'expèrience n'est mis en place que lorsque la particule s'est déjà engagée dans le dispositif ! Le futur pourrait-il agir sur le passé?...
Lire la suite

Le mot réel recouvre deux notions différentes. La première est celle du sens commun, à savoir que le réel est ce qui existe indépendamment de nous et de notre capacité de connaître. C'est l'interprétation traditionnelle qui a dominé jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, grosso modo, Spinoza, au XVIIème siècle, définit la " substance " comme ce qui existe indépendamment de moi et que je peux essayer de connaître.Il y a une autre école de pensée qui met sous ce mot quelque chose de toutà fait différent. Les premiers frémissements apparaissent avec Descartes quand il estime possible de douter de l'existence même d'une réalité. Son approche l'amène à justifier l'existence du réel grâce à l'existence de Dieu qui ne peut pas avoir le dessein de nous tromper...
Lire la suite

Dans cette Troisième partie nous reprenons la quête de la chimie et de la physique de des atomes et des molécules. La.vidéo montre la puissance intellectuelle colossale qu'ont dû déployer les savants atomistes (Clausius, Maxwell, Loschmidt, van der Waals, Boltzmann, Rayleigh et bien d'autres) pour convaincre leurs collègues équivalentistes (Dumas, Berthelot) ou énergéticiens (Rankine, Helmholtz, Mach, Ostwald, Duhem) de la réalité des atomes et des molécules. Si l'on souhaite vraiment comprendre la physique quantique, il est crucial de bien s'imprégner de l'atmosphère régnant autour de ce combat de Titans où la passion et parfois la mauvaise foi l'emportent sur l'objectivité et le détachement....
Lire la suite

Pour la première fois un lecteur de langue française a accès à un écrit autobiographique du grand physicien-philosophe allemand, Carl Friedrich von Weizsäcker (1912-2007), personnalité contrastée et pour certains resté suspect. Bien qu’il ait écrit toute sa vie énormément, ses domaines sont souvent si spécifiques qu’il n’est guère traduit en français. Ses travaux de chercheur au sein du groupe allemand travaillant sur l’atome pendant la deuxième guerre mondiale lui ont valu ce regard sceptique, voire suspicieux. Non pas que par la suite il ne se serait guère expliqué, tout au contraire, mais sa langue natale le tenait prisonnier. Voici, en chapitre d’ouverture, qu’il trace, en 1977, les grandes stations de sa vie. Mieux encore, il nous donne à sentir, avec une humble franchise, la profondeur des multiples dimensions (de la science jusqu’à la spiritualité) que son destin lui proposait à découvrir et à investir par l’expérience....
Lire la suite

La mécanique quantique est la science la plus mystérieuse, la plus contre-intuitive. Elle traite d’abord et avant tout du niveau le plus fondamental de la réalité, celui des particules (électrons, atomes, photons...), que l’on peut désigner métaphoriquement comme l’échelle de l’infiniment petit. La mécanique quantique a fait entrer dans la physique des concepts radicalement nouveaux : dualité onde-corpuscule, superposition d’états, probabilités et hasard, effet de l’observateur, etc. Apres avoir repris dans les 34 premières pages un résumé de son autre texte "Introduction à la mécanique Quantique" l'auteur aborde ici les différentes interprétations de la physique quantique et leurs conséquences philosophiques. Pour lire, cliquer sur le titre de cet article....
Lire la suite



Ce texte représente une tentative pour penser l’impossibilité de conclure la recherche d’un objet stable, dur, objectif et qui surait perdurer. On y défend l’idée d’une présence intuitive du sujet opérateur derrière toute forme de montage logique et la réalité constructive et inventive de nouveauté de toute acte de conscience, qui ne saurait être enfermé dans un protocole formel fermé et statique. On y montre que toute perception et expérience d’objet risque de s’enfermer dans une illusion qui le découperait entièrement de la conscience du sujet, que le réel a une nature processuelle et qu’il n’est jamais tant né, ou constitué, qu’il n’est natif. Finalement, un rapport est établi entre la prise de conscience de ce fait à l’aide de notions logiques et informatiques, et le signifié de ce que contiennent les affirmations dosmatiques et poétiques du prologue de l’évangile johannique....
Lire la suite

Quel est le sens des théories physiques? Décrivent-elles le Réel? “Atomisme”, “vide quantique” , “objectif et relatif”, “hasard”, – que se cache-il derrière ce que nous croyant parfois – trop rapidement – connaître? Michel Bitbol, directeur de recherche en philosophie des sciences, professeur à la Sorbonne, nous ouvre, dans le livre au même titre, le regard vers une réappréciation des “étrangetés” de la mécanique quantique. Presque un roman policier. Deuxième partie...
Lire la suite

Bernard D’Espagnat présenta une conférence, ici résumée puis commentée par Jean Leroy, pour illustrer de quelle façon la mécanique quantique ne décrit pas la réalité en soi, qu’elle propose des énoncés qui pourtant sont objectifs, ne dépendant pas de la personnalité de l'observateur, ce qui sous-tend la notion d'objectivité faible. Il ne semble pas possible à objectivité faible des phénomènes microscopiques de se transformer en objectivité forte à l'échelle macroscopique, puisque l'univers est assemblage d’un nombre immense de phénomènes élémentaires. Pour lire, cliquer sur le titre de l'article....
Lire la suite