Dans cet article historique datant de 1927, l'abbé Georges Lemaître montre comment, à partir des équations de la relativité d'Einstein, il est possible de bâtir le modèle d'un univers en expansion, ce qu'Einstein lui-même n'avait pas osé faire, et qu'il qualifiera plus tard de "plus grande erreur de sa vie"....
Lire la suite


Dans une vision déiste, il faut un grand architecte, quelque chose de plus, et l’on se dépêche de dire que c’est Dieu. Il semble mieux avisé de voir la science comme une recherche spirituelle et, si Dieu n’est pas au bout comme un objet physique, il se montre dans la quête symbolique. Prouver Dieu en ferait une évidence, ce qui le rendrait banal. Le Dieu de la Bible n’est pas de l’ordre de la preuve, il s’« éprouve »....
Lire la suite

Dans cette interview donné à OummaTV, l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan nous parle de sa passion pour la diffusion des connaissances scientifiques auprès du grand public et de l'importance qu'il y a pour les différentes composantes d'une société de bien comprendre la science et ses enjeux. Mais, il nous parle surtout du big-bang et du réglage particulier des constantes de l'univers, ce qu'on appelle le principe anthropique. Face à un tel réglage, il nous explique pourquoi il préfère l'hypothèse d'un principe créateur (qui selon ses convictions bouddhistes ne saurait être une personne tel que se le représente les religions monothéistes), plutôt que l'hypothèse d'une infinité d'univers parallèles tous différents les uns des autres. ...
Lire la suite

Présentation du livre «Le Christ et le cosmos. Incidence de la cosmologie moderne sur la théologie» (Paris, Desclée, 1993) de Jean-Michel Maldame. 'Muni d'une double formation en sciences dites exactes et en théologie, l'auteur s'est attaché à vérifier si les données fournies par la cosmologie nouvelle étaient susceptibles de renouveler ou d'enrichir la pensée de Dieu. Conformément à la promesse du titre, il fait dialoguer le cosmos et le Christ - tel est l'ordre qu'il suit - en deux parties distinctes. La première traite de «L'homme et le cosmos», la seconde, de «Jésus ressuscité, sauveur du monde».Dans Revue belge de philologie et d'histoire, Année 1995, Volume 73, Numéro 1, p. 227 - 228...
Lire la suite


Les trous noirs sont une des conséquences ultime de la relativité générale qui est aussi à la base de la théorie du big bang : l'existence d'objets tellement denses que la lumière elle-même ne peut s'en échapper. Ce très bon documentaire nous entraine à la recherche d'un trou noir géant tapis au coeur de notre galaxie grâce aux plus grands téléscopes européens et américains....
Lire la suite

Nul ne sait ce qu'il y avait avant le big bang. Mais pourquoi voulez-vous que ce soit un Dieu ? Quant au principe anthropique fort qui consiste à dire que notre existence est la finalité de l'Univers, c'est une escroquerie intellectuelle. Ce que j'ai compris de la physique, c'est que l'Univers est en expansion, qu'il se refroidit et qu'il va vers la mort thermique. Cela n'empêche pas qu'il y ait eu par exemple sur Terre un progrès de la complexité ; mais que restera-t-il de cette complexité, une fois que le Soleil se sera éteint ? Ce que la physique nous apprend, c'est plutôt l'inéluctabilité de la mort. En quoi cela donne-t-il un sens à l'Univers ? En quoi cela pousse-t-il à croire en Dieu?' , Propos recueillis par Christophe LABBE et Olivia RECASENS. Le Point, 5 août 2010....
Lire la suite


Dans cette vidéo, l'astrophysicien Pierre North présente les motifs pour lesquels la cosmologie à partir des années 1920 a dû recourir à un modèle d'univers qui a une histoire. Il explique pourquoi les cosmologistes ont ensuite théorisé un principe anthropique, s'appuyant sur le fait que n’importe quel moment n’est pas équivalent dans l'histoire de cet univers, mais que l'homme y a une position privilégiée dans le temps....
Lire la suite